Actualités historiques

Je veux comprendre les photos post-mortem !

Voici un vieil article qui m’était venu à l’esprit en regardant The other. Pourquoi les gens photographiaient les morts?  Quel en était l’intérêt ? Est ce que nos aïeux avaient l’esprit tordu au point de prendre en photos leur soeur ou leur enfant décédé et de l’accrocher sur le buffet du salon? Pourquoi payer un photographe pour avoir un souvenir aussi lugubre?

desktop-1414521954

En fait, il n’en est rien.

Pour la petite histoire, en 1839 Louis Daguerre crée un procédé avec des images sans négatif. Cela permet à Monsieur et Madame Toutlemonde de se procurer un souvenir. Mais à l’époque Victorienne, se faire photographier ne fait pas encore partie des  pratiques courantes. Aussi, lorsque qu’un drame se produisait, la famille souhaitait garder un souvenir du défunt.  La photographie post mortem est alors la seule image de la personne décédée, ultime preuve de son existence.

Les premières photographies post-mortem montrent le défunt dans un décor naturel de façon à ce que la personne décédée donne l’impression de dormir.

enhanced-buzz-10205-1380831471-27

8308735

 

Les photos ont ensuite évolué vers des photos en famille : les parents posent près de leur défunt afin de reformer la famille telle qu’elle était avant la venue de la mort.

 

_victorian-post-mortem-photography-5

twins.jpg

b03beb82a335b16c6199191ebb05123d

post-mortem-photography-family-1

PostMoru

Les enfants,  sont généralement déposés dans leur berceaux ou sur des divans, avec un de leur jouet.

24

 

Il fallait avoir beaucoup de courage et de patience pour soutenir un membre défunt et poser avec lui de façon naturelle. À l’époque Victorienne, le temps de pose pouvait prendre une  demi- heure.

Pour maintenir les adultes, il existait toute une technique afin que leur posture soit le plus naturel possible.

la-plus-etrange-tradition-de-lepoque-victorienne-prendre-des-photos-post-mortem-17

postmortemvictorian1-600x466.jpg

Certaines photos sont également peintes afin de donner plus de vie au sujet.

Cette pratique photographiques est devenue très courante et elle se développa surtout en Europe Occidentale et en Amérique du Nord. Elle s’étendra  jusqu’aux animaux domestiques.

98ed5b0b05de2361ec5b906f6682836c

pmpets

C’est surement moins coûteux que de l’empailler.

 

De nos jours, la photographie post mortem, n’est pas totalement révolue, elle est encore pratiquée dans certaines régions du monde, comme l’Europe orientale et certains pays de l’Est. On distribue encore des photographies de personnes considérées comme « Saint ou Sainte ».

saint_03

Sainte Bernadette

Thrse_aprs_son_entre_dans_la_vie

Sainte Thérès

Et puis tant qu’on y est avec les photos glauques, je vous ai dit que le procédé était tellement long, alors les enfants perdaient facilement patience. Pour les calmer, les photographes demandaient à la mère de se cacher dans le décor pour maintenir son enfant.

hidden-mother-c-1865-gormer

hidden-mother-jack-mord-1870s-tintype

Et vous possédez-vous des photos post-mortem?

Que pensez-vous de cette coutume?

Sources :

buzzfeed.com

dailygeekshow.com

heresie.com

thehattinghamalgamation.blogspot.fr

 

Elynor

You Might Also Like

48 Comments

  • netherfieldpark
    29 octobre 2013 at 19 h 53 min

    Encore un article très intéressant de ta part Elynor. Il me touche d’autant plus que je suis archiviste (pour le moment…) et je travaille régulièrement sur des photos anciennes sur plaques de verre (plutôt police scientifique, photos d’identité judiciaire et beaucoup de cartes postales). Il faut dire aussi que le rapport à la mort était très différent d’aujourd’hui de même que la mort d’enfants n’était pas rare malheureusement. Les appareils pour maintenir les corps me font penser à ceux utilisés pour photographier les criminels et les maintenir bien droit. Voici un lien vers un diaporama d’une expo que les Archives nationales avait monté et qui s’appelait Fichés? (ça peut t’intéresser) : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/musee/exposition-fiches/exposition-fiches-identification-diaporama.html
    Bonne soirée.

    • le journal d' Elynor
      29 octobre 2013 at 19 h 57 min

      Hiiiii tu es archiviste °v°
      Ha les photos sur plaques de verre j’en avais vu aussi. Et y a aussi les photos post-mortem des victimes, notamment celles de Jack l’éventreur. Mais c’est vraiment pas beau à voir. Je file voir ton lien. Merci !

  • Samarian
    29 octobre 2013 at 19 h 53 min

    Je ne connaissais pas du tout cette pratique, c’est étrange et en même temps je peux comprendre ce besoin de garder une image d’une personne de la famille que l’on a aimé. Surtout que comme tu le dis les photos à l’époque étaient rares et couteuses.

  • Bianca
    29 octobre 2013 at 19 h 56 min

    C’est carrément flippant !!!

    • le journal d' Elynor
      29 octobre 2013 at 20 h 07 min

      Oui mais d’un autre côté certaines photos sont très émouvantes, notamment les enfants qui dorment dans des lits recouverts de roses. On dirait des anges. On peut ressentir toute la tristesse de la famille pour avoir créer une telle atmosphère et la garder en souvenir.

  • Céline
    29 octobre 2013 at 20 h 00 min

    C’est un article passionnant. Je trouvais ces photos glauques mais évidemment dans le contexte du XIXe siècle, elles deviennent beaucoup plus compréhensibles. Par contre, je reste vraiment perplexe sur les mises en scène. Je comprends qu’on veuille garder une trace du défunt, mais faire comme s’il était vivant (assis, debout tout ça), j’ai quand même du mal.
    (Effectivement, le monsieur debout est flippant).
    Merci pour cet article, je me coucherai moins bête ce soir ! ^^

    • le journal d' Elynor
      29 octobre 2013 at 20 h 10 min

      Je suis d’accord, je n’aurai pas posé avec un mort, c’est glauque et irrespectueux. Mais je ne sais pas comment j’aurai réagi si j’étais née un siècle plus tôt.

  • Pasta Chiche
    29 octobre 2013 at 20 h 14 min

    C’est très impressionnant en effet. Moi non plus je ne savais rien de ces pratiques et comme @Celine me coucherais moins bête ;D
    C’est aussi flippant que fascinant, mais maintenant connaissant l’origine, tout correspond parfaitement, par rapport à l’époque et celle de la photographie.
    Merci
    Sylvie

  • netherfieldpark
    29 octobre 2013 at 20 h 21 min

    ça me rappelle le film Les Autres, on y voit des photos de la sorte et c’est vraiment ben utilisé car ça donne un sens nouveau au film et aux personnages qui apparaissent sur ces photos…
    Sur certaines photos on a parfois du mal à distinguer les morts et ceux qui posent avec eux… encore plus flippant…
    (Je suis Kheira la collègue de Fanny sur Netherfield Park)

    • le journal d' Elynor
      29 octobre 2013 at 20 h 31 min

      Enchantée Kheira 😉
      Oui Les Autres, comme je l’ai dit en haut de l’article. Un de mes films favoris avec Nicole Kidman 😀
      Il y a même des photos où les historiens ne savent pas si l’enfant est décédé ou non. Ça prête à confusion tout!

  • Une poule sur un mur
    29 octobre 2013 at 20 h 26 min

    Merci pour ce post et la richesse des clichés qui renseignent sur le rapport à la mort des proches modifié par une invention technique, la photographie. il y a quelques années (en 2002) s’est tenue au musée d’Orsay une exposition consacrée au Dernier Portrait, le catalogue de l’exposition pourrait répondre à quelques unes des interrogations qui émaille votre très stimulant article.

  • Une poule sur un mur
    29 octobre 2013 at 21 h 04 min

    Voici les références de l’excellent catalogue d’une très troublante exposition :
    Le Dernier Portrait, Collectif, Emmanuelle Héran, direction. Réunion des musées nationaux – 2002
    Vous pouvez aussi consulter cette page :
    http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/expositions/au-musee-dorsay/presentation-generale/browse/7/article/le-dernier-portrait-4186.html?cHash=de3fb125af.
    Très belle soirée!

  • Femin'elles
    30 octobre 2013 at 9 h 29 min

    Je ne connaissais pas du tout, et j’avoue que j’ai eu les larmes aux yeux devant certaines photos ! Surtout celles des enfants!

  • lireparelora
    30 octobre 2013 at 12 h 35 min

    Je connais quelqu’un qui a voulu une photo de son frère accidenté dans un accident de voiture et qui a du batailler pour cela. On ne voulait lui montrer que la main car il était dans un triste état…

    Je ne savais pas que c’était aussi courant au début du siècle dernier.

  • Madeleine Petite
    30 octobre 2013 at 12 h 38 min

    Bonjour Elynor. Je viens ici sur les conseils avisés de mon amie Stelda,et je vais repartir enchantée, et donc revenir très vite. Cet article est fascinant. Sans doute cette pratique peut heurter notre sensibilité d’hommes et de femmes vivant dans une société à bien des égards aseptisée, où la mort s’est éloignée au point de la nier parfois. Je suis fascinée par les photos d’enfants anciennes. Si je n’ai dans ma collection aucune de ces photos post-mortem, il est évident pour moi que ma fascination renvoie aussi en creux à la disparition de ces enfants.
    Si cette pratique a presque disparu, elle est néanmoins toujours utilisée dans notre société, notamment dans l’accompagnement du deuil périnatal.

    Merci Elynor pour ce moment suspendu. A très bientôt.

  • Marion la râleuse
    30 octobre 2013 at 12 h 45 min

    Je me suis posée les mêmes questions que toi lorsque j’ai découvert cette pratique !!
    Ce qui n’impressionne, c’est le visage des vivants ! On ne voit pas vraiment d’émotions ! Tu me fais poser à côté de quelqu’un mort (encore plus si c’est quelqu’un de ma famille), je pense qu’il serait impossible de prendre une « belle » photo !
    J’ignorais totalement qu’il y avait des « stand » pour faire tenir les morts debout…
    Grâce à toi, j’en sais plus sur le sujet ! Je me coucherai moins bête ! =)
    Bisous

  • Charlène
    30 octobre 2013 at 13 h 35 min

    Très intéressant cet article je ne connaissais pas cette pratique qui me laisse perplexe je dois dire …

  • lilu60
    30 octobre 2013 at 15 h 28 min

    j’avais découvert ce procédé dans le même film que toi et j’ai apprécié d’en apprendre plus grâce à ton article! C’est vraiment intéressant et effectivement le contexte historique nous permet de mieux comprendre le pourquoi de ces photos

  • satinesbooks
    30 octobre 2013 at 15 h 47 min

    Un article très intéressant ! Merci d’avoir fait autant de recherche pour en faire un article génial! =)

  • Paula
    30 octobre 2013 at 16 h 59 min

    Je ne connaissais pas du tout et je dois dire : CA ME FAIT FLIPPER GRAVE !!!
    D’ailleurs je ne comprends pas bien le principe : quand quelqu’un décède, qu’on ressorte les vieille photos OK! Mais ça… vois pas…
    Pour moi, vaut mieux rester sur l’image de quelqu’un plein de vie que sur le néant. Mais bon c’est une histoire de traditions et de coutumes !

  • moun
    30 octobre 2013 at 17 h 50 min

    J’avais eu des cours d’histoire de la photo il y a deux ou trois ans à la fac et je me souviens qu’on avait abordé cette question des photos post mortem. C’est vraiment fascinant surtout pour nous qui avons un rapport si tendu à la mort. Petite précision l’appareil que tu montres pour maintenir le corps était aussi utilisé pour les vivants. Ça évitait au sujet de bouger vu le temps de pose 🙂

  • la ptite Bulle d'Elo
    30 octobre 2013 at 20 h 38 min

    Ro je ne savais pas tout ça. Savoir que des personnes sur les photos sont mortes ça me soulève le coeur et me donne envie de pleurer. Et comment les proches faisaient-ils pour poser à coté de leurs morts? Bon après c’était plus dans les moeurs de l’époque aussi. Mais je trouve ça étrange. Ton billet va bien pour Halloween en tout cas! :-). Belle soirée!

  • Clémence
    31 octobre 2013 at 10 h 36 min

    Oh comme c’est glauque ! Y’en a vraiment des affreuses.. genre les enfants morts avec les yeux ouverts.. Brrrrr ! Mais bon ça fait de bons génériques de films ^.^°°

  • Hugo Spanky
    31 octobre 2013 at 12 h 08 min

    Certes, c’est glauque mais pas autant que ma chérie qui souhaite que je la fasse empailler 🙂
    Hugo

  • Alix
    31 octobre 2013 at 18 h 53 min

    Article très intéressant merci !
    Cette pratique subsiste encore en France; lors d’accouchements de grands prématurés ou de bébés ne survivent pas. Le personnel habille l’enfant, les parents peuvent le voir pour lui faire leurs adieux et le personnel peut proposer de faire une photo. Même si j’étais assez choquée par l’idée au début, c’est en effet le seul souvenir que les parents auront de lui.

    • le journal d' Elynor
      1 novembre 2013 at 22 h 52 min

      Cela doit être très émouvant pour le personnel. J’imagine que ça doit soulager les parents de lui dire adieu. J’ai perdu un petit frère et une petite soeur et j’aurai aimer voir leurs bouilles mais ils sont partis bien trop tôt alors j’imagine que l’on n’a pas proposé à mes parents de faire un adieu comme il se doit. Le personnel a dû mettre leur à la poubelle et ils ont fini bruler avec les déchets. C’est assez horrible d’y penser mais ça fonctionne ainsi. :/

  • Gina White
    1 novembre 2013 at 22 h 08 min

    I have always loved Victorian and Edwardian Post Mortem photos. To me they are so very precious. I can’t even imagine the heart ache and despair the family and especially the parents of babies and young children at the reality of never having them to hold again. A post mortem image was many times the only image they had of their loved one. It is a loving and tender way to honor the loved one pictured. I have several in my collection and the way the babies are arranged…it just hurts my heart for those parents. Your article was a most wonderful one. I did find the one with the family with the child lying on the floor very interesting…they were smiling!

    • le journal d' Elynor
      1 novembre 2013 at 23 h 01 min

      I feel terrible for those families as well. Yet, I don’t know if I could do a post-mortem photos collection but some pictures are really pretty. They look like angels in a deep sleep. On some pictures it’s quite hard to find those who are alive and the other. And yes that picture is fascinating me they are smiling, as if they are happy to see her in peace. Thanks for your comment it’s nice to have an English speaking reader here 🙂

      • Gina White
        3 novembre 2013 at 4 h 16 min

        Ah!! That is a good point about the family smiling that she is in a better place and at peace! I really like that! I love your blog…you do a lot of great research!

  • L'armadio del delitto
    5 novembre 2013 at 17 h 24 min

    C’est fou, je ne savais rien de cette pratique! Un peu inquiétante, mais finalement très humaine. Je trouve ces photos inquiétantes, mais l’initiative de ces gens est touchante. Cela fait réfléchir aux différentes manières d’apprivoiser la mort à travers les siècles (et à la chance que nous avons de ne pas perdre si souvent des enfants aujourd’hui).

  • frenchynippon
    10 décembre 2013 at 13 h 22 min

    Article tres interessant ! J’avais aussi decouvert cette pratique via le film The Others. Je trouve ca assez glauque et ca peut mettre a mal l’aise, mais comme a l’epoque les gens ne faisaient pas beaucoup de photos, je peux comprendre que c’est le seul moyen pour la famille d’en garder un souvenir. De nos jours, les photos post-mortem sont moins courantes, mais j’avais vu dans une emission que les parents de bebes morts nes en faisaient.

  • Miss Maureen
    13 janvier 2014 at 17 h 30 min

    Merci pour cet article très intéressant. Je connaissais les photos post mortem (ma grand-mère en possède quelques unes) mais je ne savais pas que certains allaient jusqu’à faire tenir les personnes debout ou mettre en scène les enfants.

  • Elsa
    25 mars 2014 at 10 h 48 min

    Merci pour cette explication qui me rassure, oui c’est logique, très logique, pas le temps ni l’argent forcément de prendre une photo de la personne quand elle est vivante et puis tout d’un coup urgence. je ne comprenais pas du tout cette coutume, me voilà bien bien rassurée et.. touchée. merci!

  • Lise
    7 mai 2014 at 17 h 41 min

    Bonjour ! Bien que cela puisse paraître étrange et incompréhensible, lors de la mort d’un proche, nous avons pris une photo de son visage et l’avons gardée. Pour certains dans la famille, il était important pour leur deuil de prendre une photo du proche, surtout après avoir passé des mois à le voir souffrir. Après sa mort, son visage était serein, il souriait presque. Nous avons fait des recherches, et ce  »sourire » post-mortem est normal et est observé dans de nombreux cas, mais sur le moment, c’était comme un miracle et une immense libération ; il était enfin bien et ne souffrait plus. Biensûr, je ne crois pas que ces photos seront gardées à long terme, car elle sont difficiles à regarder maintenant que le décès remonte à plusieurs mois, mais elle étaient complètement justifiés sur le coup. Cette pratique a été critiquée dans la famille, mais il ne faut pas oublier que chacun vit son deuil à sa manière, et il est important de le respecter ! 🙂

  • MissJuju
    1 juin 2014 at 23 h 44 min

    En passant sur ton blog, je tombe sur cet article que je trouve très intéressant. En commençant à lire, je pensais à la photo post-mortem de Victor Hugo (en ce moment, je pense à Hugo à chaque fois, passer mes journées dans sa maison ça n’aide pas) et elle est venue juste après… Dans ce cas-là, ce n’est pas juste pour garder une image du défunt puisque l’on a énormément de cliché pris de son vivant. Et en plus cette photo n’a pas empêché la prise d’un masque mortuaire (ça aussi c’est flippant), une tradition très ancienne elle aussi.

  • Idées de costumes Vintage pour Halloween - Elynor
    8 décembre 2015 at 10 h 27 min

    […] pour votre costume. N’hésitez pas non plus à immortaliser cette  cette soirée par des photos post mortem. Effet vintage garanti […]

  • Leave a Reply