Actualités historiques

Pétain et les femmes : une relation ambigüe

« Maréchal nous voilà », c’est lui, le héros de Verdun, celui qui a épargné des millions de vie durant la première guerre mondiale. Cet officier devenu si populaire que vingt ans plus tard, on lui accorde les pleins pouvoirs. C’est lui aussi que nos grands-parents acclamaient encore comme vainqueur quelques jours après le débarquement en Normandie, comme si il avait résisté depuis 4 ans.

Pétain Place Stanislas le 26 mai 1944.

Pétain Place Stanislas le 26 mai 1944.

Né dans un petit village du Nord en 1856, Henri Philippe Pétain est un grand admirateur de Napoléon. Il se destine à une carrière militaire et entre de justesse à Saint-Cyr, classé 403e sur 412. Ce sera pourtant le seul Maréchal de sa promotion.

En 1901, il rencontre sa future femme : Eugénie dit Annie de 19 ans sa cadette. Il la demande en mariage mais la famille d’Eugénie refuse. Elle épousera un médecin en 1903.

Suite à cette déception, il s’est réfugié dans bras d’autres femmes. Je cite d’ailleurs plusieurs exemples tiré du documentaire Pétain, ce héros si populaire :

 » Pétain un célibataire endurci, un chaud lapin qui cachait soigneusement sa vie privée, un libertin aimant coucher avec plusieurs femmes comme le montre sa correspondance intime »

« Pétain était un officier ordinaire, un libre-penseur, étranger aux mœurs de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie. Jeune homme, il fréquente les bordels, et il est durant le premier conflit mondial, un homme adulé des femmes. »

La première guerre mondiale a d’ailleurs tout déclenché. En 1914, Pétain a 58 ans. Il rêve de prendre une petite retraite bien pépére dans le sud de la France.  Pour un peu, on n’aurait jamais entendu parler de lui.  Manque de pot, un Archiduc va se faire assassiner et il se retrouve en 1916 à Verdun.  Adieu les douceurs terrestres ? Pas vraiment,  lorsqu’on le cherchait pour lui annoncer sa nouvelle nomination sur le front de Verdun le 25 févier 1916, il était introuvable. Pétain était dans un hôtel privée en compagnie de sa maîtresse: Eugénie qui venait de divorcer.

Pétain en 1917 discutant avec des soldats

Pétain en 1917 discutant avec des soldats

Le succès de Verdun, lui vaut l’admiration des Français et surtout des Françaises.  On recense plus de 4 500 correspondances entre Pétain et ses « amies ».  On va même jusqu’à dire que le « Chemin des Dames » et la «  Voie Sacrée » sont de belles allusions à ses penchants pour la gente féminine.

En 1920, il épouse civilement sa maitresse Eugénie lors d’une cérémonie très discrète. Le premier mariage religieux d’Eugénie Hardon est ensuite annulé le 30 janvier 1929.

Dans les années 30, ils se retirent dans le Sud de la France espérant l’oubli de leur contemporain. Bien entendu, personne ne l’a oublié et il revient sur le devant de la scène avec le fameux «  Travail, Famille, Patrie »

La situation matrimoniale du Maréchal entraîne des désaccords au sein de l’Église française. Pétain veut échapper au devoir de la confession et organise un  mariage religieux par procuration en 1941. Mais ses relations avec la Maréchale se dégradent.  Selon Jean-Yves Le Naour : «  Mme Pétain est  une vieille femme acariâtre et prétentieuse auquel  an a voulu en faire une icône de douceur et de dévouement ». Joseph Simon ira même jusqu’à déclarer : « Elle a  la méchanceté dans la peau » « Quelle garce ! Avec quel plaisir je lui botterais les fesses ». Même le curé de Port-Joinville juge que « Mme Pétain n’est pas sociable. Grossière et mal embouchée, elle scandalise tout le monde ».

Pétain et sa femme

Pétain et sa femme

Qu’à cela ne tienne, Monsieur Travail, Famille, Patrie ira voir ailleurs. Il aura encore de nombreuses aventures durant la seconde guerre mondiale et jusqu’à ses 86 ans !  Un bel exemple du  » Fais ce que je te dis pas ce que je fais. »

Si Pétain aime les femmes, il ne leur rend pas forcément hommage. Il aurait même déclaré :  » les femmes sont responsables de l’esprit de jouissance qui a nui à la France. » Ils les accusent d’être responsables de la défaite ­ «Trop peu d’enfants, trop peu d’armes, trop peu d’alliés, voilà les causes de notre défaite » « Elles doivent rentrer au foyer et rattraper le temps perdu en procréant à la chaîne de vrais petits Français pour contrer l’afflux d’étrangers ». Entre autre, Vichy exclut les femmes mariées de la fonction publique dès octobre 1940 et  les met en congé sans solde si elles ont moins de trois enfants. Le divorce est interdit trois ans après le mariage  (sauf pour la Maréchale) et l’avortement est puni de mort.

Pour redonner de la légitimité aux femmes, il instaure la Fête des Mères. Fête qu’on avait déjà essayé d’instaurer après la guerre de 14-18. Ce jour célèbre la maternité et la féminité pour rappeler aux femmes leur «juste» place dans la société devient un événement national. Pétain réussit à glorifier les femmes tout en les mettant à l’écart de la scène publique. Pour Vichy, le patriotisme de la femme dépend de sa  fonction reproductrice. Trop aimable.

122323-14045422,bWF4LTY1NXgw

Fête des mères déjà instauré lors de la première guerre mondiale

Si Pétain reste un drôle de personnage à la vie si contradictoire, il n’est pas étonnant qu’il soit pour certain un héro et pour d’autre une honte nationale. Encore maintenant, il divise les Français qui ne savent pas sur quel pied danser lorsqu’il s’agit de son souvenir.

Pour aller plus loin, voici deux documentaires :

Pétain un héros si populaire

Pétain fondateur du régime de Vichy

Sources :

Arte.tv

Liberation.fr

Marianne.net

Vbonhushist.11vm-serv.net

Elynor

You Might Also Like

17 Comments

  • Reply
    delph72
    11 novembre 2013 at 19 h 27 min

    bonsoir,
    merci pour ton article ….
    ben dit donc il était chaud lapin le petit Monsieur PETAIN…..et ce jusqu’à ses 86 ans …..
    Bien content de trouver les femmes pour les galipettes mais pour ce qui est de les reconnaître pour leur vraies valeurs ben là il est aux abonnés absents ….pfffff
    toute une époque !!!!!!

    • Reply
      le journal d' Elynor
      11 novembre 2013 at 21 h 06 min

      Bonsoir Delph, en effet c’est tout un concept !

    • Reply
      luober
      25 novembre 2013 at 22 h 06 min

      Et la fête des mères c’est lui qui la mis en place alors s’il vous plait un peu de reconnaissance

      • Reply
        le journal d' Elynor
        25 novembre 2013 at 22 h 11 min

        Si vous avez bien fait attention, la fête des mères existait déjà en 1918 et je ne suis pas sure que ça soit Pétain qui l’ait mise en place 😉

  • Reply
    Dorine
    12 novembre 2013 at 10 h 09 min

    Encore une fois, un article tres interessant.

    Je ne suis pas sure que beaucoup de gens connaissent l’origine de la fete des meres…

    • Reply
      Elynor
      12 novembre 2013 at 17 h 56 min

      Merci Dorine hé oui triste origine pour fêter nos Mamans.

  • Reply
    christine
    12 novembre 2013 at 12 h 35 min

    J’ai beaucoup apprécié cette article et cela confirme mon désamour pour la fête des mères.

    • Reply
      Elynor
      12 novembre 2013 at 17 h 57 min

      Merci Christine 🙂

  • Reply
    Sylvie
    13 novembre 2013 at 10 h 22 min

    C’est toujours intéressant de connaitre l’origine des choses. Et celle de la Fête des Mères je ne connaissais pas, merci.
    Quand à Pétain, on apprend juste que c’est un homme comme tant d’autres…
    Sylvie

    • Reply
      le journal d' Elynor
      13 novembre 2013 at 10 h 25 min

      Hé oui tu as raison un homme ni pire ni meilleur que les autres mais qui se permet de les diriger ^^

      • Reply
        Sylvie
        13 novembre 2013 at 12 h 32 min

        Combien de curés et de prêcheurs a-t-on trouvé dans des maisons closes ? ;D

  • Reply
    matchingpoints
    13 novembre 2013 at 17 h 27 min

    Oui, un homme comme les autres sur un certain plan. Donneur de leçons en plus…
    La fête des mères, n’a-t-elle pas été instaurée aux USA au début du XXème siècle ? Bien sur, après c’est le régime sous Pétin qui lui a donné une notion politique, comme en Allemagne sous Hitler. Ce sont de belles références…

    • Reply
      Sylvie
      14 novembre 2013 at 13 h 08 min

      « Oui, un homme comme les autres sur un certain plan. Donneur de leçons en plus… » ce sont malheureusement les pires mais les plus nombreux.
      Je vais aller me renseigner pour le reste, je n’aime pas rester sur ma faim comme ça ;D
      Merci @matchingpoints 😉
      Sylvie

  • Reply
    netherfieldpark
    16 novembre 2013 at 21 h 31 min

    Petite anecdote à propos de la photo prise place Stanislas à Nancy. Quelques mois plus tard c’est De Gaulle qui est venu et la place était tout aussi noire de monde!

  • Reply
    Charles de Gaulle et sa fille Anne, "Maintenant, elle est comme les autres" | le journal d'Elynor
    20 novembre 2013 at 19 h 07 min

    […] je vous avez parlé de la vie privée Pétain, cette semaine ça sera au tour de […]

  • Reply
    Charles de Gaulle et sa fille Anne, "Maintenant, elle est comme les autres" - Elynor
    15 décembre 2015 at 13 h 54 min

    […] je vous avais parlé de la vie privée Pétain, cette semaine ça sera au tour de […]

  • Leave a Reply